top of page

Perte de productivité et absentéisme – quand le stress professionnel coûte cher

En 2022, la perte de productivité liée à l’absentéisme et au présentéisme représente près de 15% du temps de travail. La perte liée au présentéisme représente deux tiers de la perte globale. Selon la dernière étude de Promotion Santé Suisse, le stress professionnel coûte près de CHF 6.5 milliards par année à l’économie.


Le stress au travail est devenu un enjeu majeur, tant pour les collaboratrices et collaborateurs que pour les entreprises qui les emploient. Le stress représente un déséquilibre entre les contraintes auxquelles une personne est confrontée et les ressources dont elle dispose pour y faire face. En Suisse, Promotion Santé Suisse mesure le Job Stress Index chaque année depuis 2014 et publie régulièrement de nouvelles études à ce sujet. Les personnes dont l’index de stress est estimé critique, sont touchés par des problèmes de santé pouvant aller jusqu’à l’épuisement émotionnel.

Dès que le niveau de contraintes dépasse celui des ressources, la qualité du travail fourni par les personnes touchées peut en pâtir : elles seront plus souvent absentes pour des raisons médicales (absentéisme) ou seront présentes sur leur lieu de travail mais avec une performance diminuée (présentéisme). La productivité baisse donc significativement, de manière plus ou moins visible. Les causes majeures du stress professionnel nommées par les personnes touchées sont l’exigence de disponibilité, la prise de contact en dehors des heures de travail et des problèmes de communication.


Les personnes dont le Job Stress Index est estimé critique représentent 28% de la population active, soit plus d’un million et demi d’individus. Les témoignages évoquent systématiquement une faible satisfaction liée au travail et se montrent moins engagées envers leur entreprise.

L’intention de démissionner augmente de manière significative, les symptômes psychosomatiques ainsi que des problèmes de sommeil apparaissent également. Un risque supplémentaire dans cette ère de pénurie de personnel qualifié.


Que faire en tant qu’employeur ?

Voici les 3 mesures que vous pouvez mettre en place dès aujourd'hui :

1. Investissez dans votre équipe Prévoyez des espaces d’échanges et des formations continues afin de développer le potentiel et la collaboration de l’équipe.


2. Définissez des objectifs trimestriels clairs et concrets

Vous entretenez ainsi la motivation et pourrez plus facilement suivre l’évolution des projets et des individus.


3. Planifiez des entretiens individuels mensuels

Lors de ce rendez-vous mensuel, vous prendrez le temps de parler de la progression vers ces objectifs et d’avoir une discussion avec votre collaborateur.trice sur le plan humain (par exemple comment vit-il/elle les étapes de ce projet et le climat dans l’équipe actuellement) mais aussi de prendre des nouvelles personnelles (récit des dernières vacances ou du dernier livre lu, parcours scolaire des enfants ou nouvelles du conjoint).


Chris Meziane


Chris est notre experte en communication, en expérience client et en Teamcoaching. En parallèle, elle exerce en tant que coach spécialisée SOS Travail et accompagne des personnes touchées par un Burnout ou en phase de stabilisation.


Se connecter sur Linkedin


La Werkstadt propose un développement percutant pour les personnes et les organisations. Nous renforçons la confiance et augmentons l'efficacité. Une grande partie de nos compétences théoriques et pratiques se situe dans le développement du personnel et de l'organisation. Nous avons en outre une grande affinité avec la conception d'expériences clients convaincantes et avec le Human Centered Design en tant que méthode d'innovation. Nous sommes convaincus qu'une bonne expérience pour l’ensemble du personnel conduit à une bonne expérience pour les clients. Derrière nos services se cache toujours l'exigence de générer un avantage économique pour nos client.e.s. Nous veillons à ce que leur stratégie soit réellement appliquée au sein de l'organisation et qu'elle soit efficace sur le marché.







bottom of page